Rechercher
  • Coach Ric

TOP 3 des principes oubliés

Les palmarès ont la cote semble-t-il. En même temps, avec le retour au gym après la fermeture des gyms, on veut tous maximiser ses entraînements. Comme coach, je vois des personnes bafouer des principes de base qui pourraient leur permettre d’accélérer leur progrès. Sans plus tarder, voici mon palmarès sur les trois plus grands principes d’entraînement oubliés


Principe #1: Le repos

Le repos peut sembler absolument contre-productif. “Comment je fais des gains en restant chez nous?”, vous demandez vous. C’est simple: le repos fait partie intégrale du protocole d’entraînement.


On a eu une preuve flagrante de l’importance de ce principe de base dans les derniers mois. Avec un repos forcé en raison de la pandémie, de nombreux clients reviennent au gym plein d’énergie et de motivation. Ils peuvent ainsi se dépasser pendant leurs séances d’entraînement.


C’est ce qui arrive à petite échelle après une journée de repos bien choisie dans une semaine. Elle permet au corps de refaire le plein d’énergie et au “mental” de prendre une pause de l’intensité que l’on veut avoir au gym.


Une précision s’impose. En effet, je dis souvent que l’on doit se reposer aussi intensément que l’on s’entraîne. En principe, toutes les personnes qui s’entraînent devraient se réserver des journées de repos. Or quelqu’un qui vient au gym pour faire du social, qui parle plus qu’il lève, n’a pas besoin de deux jours de repos dans sa semaine: il prend ses repos au fur et à mesure. À l’opposé, quelqu’un qui entre au gym et qui pousse au point d’en vomir aura besoin de sa journée hebdomadaire, voire d’une semaine au complet au bout de quelques mois.


À retenir: on se repose aussi fort que l’on s’entraîne. C’est non-négociable.


Principe #2 : La périodisation

Pour résumer, la périodisation est la façon de programmer, dans un temps donné, des blocs d’entraînement et de repos de façon à augmenter la résistance (poids ou encore volume). Il s’agit d’une approche qui mise sur l’adaptation du corps à des stimuli progressifs afin d’initier des changements corporels: meilleure endurance, force, gains musculaires, etc.


Ce principe ne doit pas être négligé en ne planifiant pas ses entraînements. Il existe des multiples façons de périodiser un cycle d’entraînement. Certains entraîneurs ne jurent que par les cycles de 10 jours. Je les comprends mais cet angle d’attaque, à mon sens, est plus adapté à la réalité des athlètes de haut niveau. Même si je les aime bien, ces derniers ne forment pas la majorité de ma clientèle.


Prenons l’exemple d’une mère de famille qui a un emploi à temps plein et un horaire chargé. C’est irréaliste de lui faire un cycle sur 10 jours. Elle doit être au soccer de son fils le lundi soir et elle a un cours du soir le mercredi. On la placerait dans une situation d’échec.


Pour respecter le principe de la périodisation et s’adapter à sa réalité, il convient mieux d’établir un cycle sur sept jours. Il s’agit d’une approche plus flexible qui permettra à la cliente de plus facilement coller à son programme et ainsi à son objectif (nous y reviendrons).


Comme la vie est souvent bien faite, le principe de la périodisation va de paire avec celui du repos. En effet, la périodisation permet de programmer les journées de repos. Comme coach, ce sont tous des outils qu’on peut utiliser pour appuyer la progression de nos clients tout en s’adaptant à leur mode de vie.


Je me permet ici une parenthèse. La théorie derrière la périodisation prévoit une journée de repos au bout de trois jours d’entraînement. Cet ici qu’avoir une relation avec son client prend tout son sens. Je reprends mon exemple de la mère de famille. Si je suis le principe à la lettre et que son repos tombe le dimanche alors que je sais qu’elle devra en prendre un de toute façon le lundi en raison de ses activités, je ne lui rends pas service. Tout ça n’est pas coulé dans le béton: elle peut très bien faire quatre jours de suite et coller son repos à sa réalité.


Principe #3 : La vision

Je suis entraîneur depuis de nombreuses années. Je peux dire avec certitude que les gens qui vont au gym juste pour aller au gym n’y vont pas longtemps. Ça m’amène au troisième principe: la vision.


Cette vision à moyen et long terme est derrière la motivation qui poussera quelqu’un à respecter son protocole (la périodisation) et ses périodes de repos. Qu’est-ce que j’entends pas vision? Tu veux devenir l’homme le plus fort que tu connaisse? C’est un objectif, une vision? Tu veux être capable de faire une course extrême? C’est ta vision.


Cette vision, cet objectif, est ce qui va guider les actions et les décisions du coach dans la mise en place des blocs d’entraînement.


Ce principe, que personne ne peut décider à votre place, est FONDAMENTAL.


Une fois cette vision mise en place, mon travail est de faire l’amalgame entre celle-ci et votre réalité.


Prenons l’exemple du gars qui veut devenir un homme fort. Je connais sa vision. Je lui bâtis un plans d’entraînement basé sur ce principe. Au bout de quelques semaines, je réalise que ses performances périclitent alors qu’il est habituellement très performants. Je m’assois avec lui pour réaliser qu’il a changé de travail, qu’il vit beaucoup de stress et qu’il dort peut. Le stress psychologique s’ajoute au stress physique de son entraînement. Mon rôle est, avec ces facteurs en tête, de retravailler son protocole (périodisation et repos) dans l’optique qu’il arrive à sa vision.


Voici mes trois principes de base les plus souvent oubliés. Pour vous assurer de tirer le maximum de la théorie ET de la pratique, contactez-nous dès maintenant. Il nous fera plaisir de vous accompagner dans votre cheminement vers votre vision.



53 vues

heures d'ouverture 

Lundi - Vendredi : 7h00 - 21h00

Samedi : 8h00  - 17h00

Dimanche : 10h00 - 17h00

emplacement

184 Boulevard Harwood

Vaudreuil-Dorion J7V 1Y2

contact

(514) 575-7048

info@gymmpn.com